Retour CDCA Carte de France     Retour CDCA 47, Département du Lot et Garonne                

CDCA 1996   "la scission m'a tuer" *
Au matin du Vendredi 13 Septembre 1996, la petite commune de Trélissac fut le théâtre
d'un événement malheureux qui allait précipiter le CDCA vers son inexorable déclin.


Témoignage d'un adhérent, 10 ans après avoir participé à cette action : " Dans la nuit du 12 au 13 Septembre 1996, à l'appel du bureau de la CDCAE de Béziers, des militants des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ont pris la route du Périgord blanc. Il s'agissait d'investir par surprise, à l'ouverture, le bureau d'une dissidence nouvellement installée à Trélissac, afin de récupérer divers matériels bureautiques qui, semble-t-il, avaient été subtilisés au bureau officiel de la CDCAE installé à Périgueux.
Dans le même temps, parallèlement à cette action, d'autres bureaux, dits dissidents, situés plus au nord ont subi le même traitement avec la même méthode.
S'inscrivant dans la suite logique de la scission observée à cette époque entre le CDCA et sa filiale la CDCAE, cette action que l'on peut qualifier de "brutale", s'est transformée en mauvaise nouvelle pour de nombreux militants de l'ancien CDCA qui, dans d'innombrables contrées de l'Hexagone, se sont vu abandonnés. On observe encore, de nos jours, longtemps après, un ressentiment certain et des regrets à travers leurs témoignages.
Cette division malheureuse a donné lieu à des épisodes peu glorieux où les deux parties, qui auparavant marchaient ensemble lors des manifestations, se sont retrouvées, bien malgré elles, liguées l'une contre l'autre.
Ce fut le cas ce jour à l'heure de l'ouverture du bureau de Trélissac, non loin duquel un petit groupe de militants locaux du CDCA étaient postés et surveillaient la scène. Un affrontement a manqué de se produire entre les deux groupes.
Ainsi, a-t-on pu aisément observer, ici, à Trélissac, les dégâts causés par la "scission" et la "Guerre des Chefs" qui ont ravagé ce puissant mouvement et qui, à compter de cette date, ne tarderont pas à le précipiter vers sa perte inéluctable."

CDCA 47 Saint Pardoux Isaac 1996

Vendredi 13 Septembre 1996 - Saint Pardoux Isaac (47 Lot et Garonne)
Retour d'une mission à Trélissac en Dordogne

Hôtel Bar Restaurant "Le Bosquet - Chez Milord" à Saint Pardoux Isaac (Route de Bergerac)

Après la basse besogne ... le réconfort, avant de regagner les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.
Ces militants ne le savent pas encore, mais l'oeuvre dont ils ont été les acteurs bien malgré eux,
ce matin à Trélissac, marquera le début de la fin du mouvement auquel ils croyaient.

Image si-dessous : l'Hôtel Bar Restaurant "Le Bosquet" de nos jours à Saint Pardoux Isaac (prise de vue en direction de Bergerac) - Photographie ® Google maps CDCA 47 Saint Pardoux Isaac Google Maps 2013

 

Album photographique sur les actions menées par les anciens adhérents du CDCA,
au cours des années 90 et jusqu'à l'assassinat non élucidé de son leader historique, Christian POUCET.
Page remise en ligne le Vendredi 12 Octobre 2012. Mise à jour : Février 2014, Septembre 2014

* L'expression "la scission m'a tuer" est un clin d'oeil à une phrase d'accusation écrite en lettres de sang
et rendue célèbre pour la faute de grammaire qu'elle contient, dans le cadre de l'affaire Omar Raddad, un homme démuni face à la Justice,
qui, cette dernière, au début des années 90, à tristement manqué l'occasion de faire honneur au Peuple français qu'elle représente.
Aujourd'hui, 20 ans après, la preuve irréfutable de la culpabilité de Omar Raddad n'est toujours pas apportée.